mercredi 14 novembre 2018

Ecce homo


Oui, cet homme qui surgit des ténèbres d’une autre nuit se pose une terrible question existentielle que son café matinal aura peine à résoudre. Moi, je sais que j’existe. Aucun doute là-dessus, mais est-ce que Dieu existe vraiment? S’il existe vraiment, je me demande à quoi il ressemble et comment il intervient dans ma vie. S’il n’existe pas, je me demande pourquoi on l’a inventé.

Cet homme, cet ecce homo, n’est pas seul à vivre des moments de solitude, seul dans la maladie, dans le vieillissement et surtout devant la mort, la mienne ou celle d’un être cher. Je suis porté à penser que c’est pour combattre cette solitude qu’on a inventé Dieu.

Je ne vous apprends rien que la planète vit des moments qui sont d’une tristesse inouïe. Pourtant ce drôle de Dieu s’il existe n’intervient pas dans ce monde cruel. Famine, guerre, cupidité, aucun Dieu pour mettre fin à ces horreurs. Devant tout cela, je me sens tellement ridicule et insignifiant. Voltaire me soufflerait à l’oreille : « Jacques, cultive ton jardin, c’est ce qui compte. » Je l’entends ajouter l’importance de vivre même si Dieu n’existe pas. Sois un dieu pour toi-même et deviens de plus en plus une bonne personne.

Dans mon passé lointain, j’ai fait des études en théologie. Avec le recul du temps, je suis porté à penser que c’était du verbiage. Avancer en âge donne une certaine sagesse qui me fait rejeter les insignifiances ambiantes. Je sais que d’autres humains pensent différemment. La bienveillance me fait respecter le cheminement de chacun, mais Oh grand dieu, évitez de m’endoctriner. J’ai déjà trop bu de cette eau dans mon innocent passé.

Je sais que ces propos d’un homme à demi réveillé va causer de la peine chez plusieurs. La peine est une belle émotion. La foi est aussi un lieu de refuge rassurant qui nous évite de nous poser de véritables questions. En fait, la foi n’apporte aucune réponse. Elle nous laisse dans une obscurité totale. Cela ne nous empêche pas de vivre en pleine conscience et de s’émerveiller. C’est en regardant ma chatte Capucine qui se fout royalement de toutes ces questions existentielles que je retrouve une grande sérénité qui me permet d’apprécier ma tasse de café matinal Nabod.

mercredi 7 novembre 2018

Homo sapiens


Je me suis réveillé, ce matin, avec l’étrange sensation que dans un passé très lointain j’étais un chimpanzé. J’étais tanné de vivre dans le haut des arbres à courir après des fruits et d’avoir à protéger mon territoire et ma progéniture. C’est ainsi qu’après des milliers d’années, je suis devenu le bipède que je suis. Évidemment mon corps s’est transformé. Je ne suis plus le Cro-Magnon de jadis vivant dans le Périgord. Je ne suis plus le chasseur-cueilleur qui bouffait totalement tout son temps pour survivre. Je suis censé être maintenant un civilisé vivant dans le Nord des Amériques parce que mes ancêtres européens ont traversé l’Atlantique et se sont imaginé avoir fait une grande découverte. Imaginez! Ils se croyaient aux Indes.

Comment en arriver dans la jeune vingtaine à devenir un Jésuite? Eh bien l`être humain pour dominer et éteindre son emprise sur d’autres congénères a inventé des mythologies comme les religions, les systèmes politiques, les idéologies de toutes sortes, etc. Pensant bien faire de ma vie, j’ai bu de cette eau sans me poser de question. C’est ainsi que j’ai fait le vœu de pauvreté alors que les jésuites étaient propriétaires de collèges, des terres, des donations de toutes sortes. J’ai fait le vœu de chasteté sans trop comprendre pourquoi je devais renoncer à l’évidente réalité d’être un être sexué. L’obéissance? Quelle arme de sujétion!

Dans ma cellule à Saint-Jérôme où je devais méditer plus d’une heure chaque matin, j’aurais dû comprendre que ce Dieu que je priais ne me donnerait jamais de réponses. Je ne suis pas le seul à supposer qu’il a été créé par des bipèdes comme moi pour combler leur solitude ou leur angoisse existentielle. J’aurais dû comprendre que les milliers d’années qui précèdent mon ère chrétienne, les humains avaient inventé d’autres manières de combler leur solitude ou leur besoin de solidarité dans quelques mythologies qui leur faisaient du bien.

Comme plusieurs j’ai cherché le bonheur à l’extérieur de moi. Aujourd’hui, j’ai la pleine conscience que le bonheur est à l’intérieur de moi. Inutile de chercher ailleurs. Dans le calme, la simplicité, la tranquillité ce bonheur est toujours accessible.

jeudi 1 novembre 2018

Il y a tant à faire

Je me suis réveillé en sursaut en cette matinée nuageuse d’automne. Me trottait dans la tête cette chanson de Daniel Bélanger : « Il y a tant à faire ». Je dois vous avouer très humblement que gérer le temps est l’épreuve de ma vie. Combien d’agendas envoyés à la poubelle au cours de ces 76 années de ma terrestre vie.

À la retraite, je croyais à tort pouvoir me débarrasser de cet intrus dans ma vie. Comble de malheur, je l’utilise plus que jamais même pour noter la plus stupide niaiserie comme placer la poubelle au chemin le mardi. Ces derniers temps, ma mémoire m’a fait vivre un malaise dont j’ai peine à me remettre. Voici. Par hasard, je croise à l’épicerie une ex-enseignante retraitée dont je n’ai pu reconnaître le visage. Pourtant au cours de ma carrière, je dois bien avoir été dans les mêmes lieux au moins pendant 15 ans.

Alors pendant que j’étendais l’engrais d’automne sur ma  pelouse, je me posais la question existentielle suivante : qu’est-ce que le temps? Inutile d’imaginer que nous pouvons arrêter le temps de fuir. Fuir, mais où? Inutile aussi de me rappeler que je vis dans un espace-temps. Je sais cela. Nous savons tous cela. C’est une évidence.

Pour un retraité, est-ce possible de prendre son temps? Oui, au début, on prend son café matinal sans se soucier du temps, mais vient un moment où le vertige nous atteint. Il faut agir, car il y a tant à faire. C’est une course contre la montre. Il ne faut plus perdre une minute de ce précieux temps.

Alors me revient dans la tête mon ver d’oreille à l’origine de ce propos.

Il y a tant à faire
Et ce n'est pas ridicule
C'est comme si c'était facile
S'immiscer dans la lumière
Une longue nuit... il y a tant à faire

Oui, le temps n’est plus au regret. Il faut me ressaisir

Me ressaisir en pensant au peu de temps qu’il me reste à vivre. Ah je vous entends me souffler à l’oreille que du temps j’en aurai abondamment quand je mettrai le pied dans l’éternité. Je serai probablement en dehors de nos paramètres terrestres d’espace-temps. Je serai dans une autre dimension ou peut-être tout simplement à nulle part. Alors il y aura peu à faire. Et ce n’est pas ridicule. Il me sera alors facile de m’immiscer dans la lumière ou dans des trous noirs où un long temps m’attend.

vendredi 27 octobre 2017

Combien de temps encore?

Ajouter une légende
Tout surpris encore de me réveiller en vie, je me pose la question existentielle par excellence. Combien de réveils me reste-t-il encore? Pour dire la vérité, cet homme qui a maintenant 75 ans est habité plus par les souvenirs que par les projets futurs.

Qu’est-ce que vivre? Qu’est qu’avoir vécu? Comment saisir ce que la vie pourrait encore m’apporter? Je n’ai pas le mode d’emploi pour la suite des choses qui concerne ma vie. Il y a ce vertige devant cette grande inconnue. Je ne vous cacherai pas que je suis assez et passablement hanté par la vieillesse, la maladie et la mort. Comment franchir ce vertige, voilà toute la question?

Repartir à la conquête de moi-même sans boussole et aucune carte ayant déjà tracée le chemin, tel est le destin du septuagénaire que je suis. On pense se connaître, mais ce qu’on sait de nous nous empêche probablement de nous connaître véritablement. J’ai lu quelque part que la vie, comme l’art, c’est tout ce que nous ne pouvons pas connaître, encore moins maîtriser.

Je vis dans une société atomisée et immobile où chacun est dans son coin gobant les vitamines du bonheur. Les gens autour de moi semblent incapables de gérer l’échec et les conflits. Il est impossible de traverser toute une existence sans vivre des moments de bascule. Je prends alors une grande respiration et j’essaie de me convaincre que le présent est le seul lieu du bonheur possible.

 Le fait d’exprimer cette prise de conscience la sort de l’ombre et me fait voir la lumière au bout du tunnel. Il faut que cette réflexion de l’écrivain Robert Lalonde me plonge à nouveau dans l’incertitude. « Je m’explique pas pourquoi chacun doit absolument le chercher, ce maudit bonheur, au risque de se rendre malheureux comme les pierres. » De nouveaux m’éclatent en pleine face les malheurs de notre temps, ces guerres, ces violences que subit notre monde au point d’oublier mes déchirements de conscience face à mon éventuelle finitude.

Il faudra bien que je trouve le moyen de faire naître l’espoir que ces quelques années qu’il me reste à vivre sont les plus importantes à ce moment-ci de ma vie. Force est de creuser au plus profond de moi-même et de faire un saut en hauteur qui fera luire la lumière évidente que le temps présent est de la plus suprême importance. Grégoire Delacourt résume bien tout mon ergotage précédent. « Il faut accepter la mort, que les choses ont une fin, et s’arranger pour profiter au maximum de la chance qu’on a d’être vivant, et d’avoir une vie qui fait que quand vient le temps de partir, on a fait le plein de la vie, on a été heureux, on ne regrette pas. »


mercredi 19 juillet 2017

Nostalgie odorante

Que sont mes senteurs devenues
Que de mon enfance
J’avais de si près senti
Et tant aimées
Elles se sont trop dissipées
Dans mon lointain passé
Je crois la mémoire les a ôtées
L’odeur est morte
Ce sont souvenirs que vent emporte
Et il ventait souvent dans mon rang
À Sainte-Évelyne

Avec le temps que la mémoire défeuille
Quand il ne reste à peine souvenirs
Qui se perdent dans la nuit des temps
Avec vieillesse qui m’atterre
Qui de partout me cause ennuis
Au temps de la nostalgie
Ne convient pas que je radote
Comme je me sens ridicule
En quelle manière

Que sont mes senteurs devenues
Que de mon enfance
J’avais de si près senti
Et tant aimées
Elles se sont trop dissipées
Dans mon lointain passé
L’odeur est morte
Ce sont souvenirs que vent emporte
Et il ventait souvent dans mon rang
À Sainte-Évelyne

Pauvre sens et pauvre mémoire
Qui m’ont été ôtés
Et pauvre vieillesse
Qui cause toute ma détresse
Qu’aucune senteur ne viendra combler

Poème inspiré de Rutebeuf


lundi 15 mai 2017

Memento mori


Je me suis réveillé, ce matin, avec cette phrase latine comme ver d’oreille. Cette énigmatique phrase criante de vérité veut dire : « Souviens-toi que tu vas mourir, toi aussi. » N’allez pas croire que je me pensais éternel loin de là, mais réaliser que ma vie aura une fin me fait apprécier mon café Nabob, torréfaction corsée.

À bien y penser, je vis le schéma que bien des civilisations ont vécu : naître, être, grandir, croître, se développer, rayonner, se fatiguer, s’épuiser, vieillir, souffrir, mourir, disparaître. Je ne suis pas le seul à penser que notre civilisation judéo-chrétienne est en train de s’effondrer. Que mes yeux se tournent vers nos voisins du Sud ou que mon regard se projette vers ces pays où on égorge, viole, bombarde, tue à qui mieux mieux au nom de quelques idiotes idéologies, cela me prouve que quelque chose ne tourne pas rond sur ma petite planète bleue.

Tout comme plusieurs d’entre vous, les voyages m’ont permis d’élargir mes horizons et de constater que mon coin de pays n’était pas le centre de l’univers. Dans la plupart de ces voyages, j’ai visité des ruines. Ce sont ces ruines qui attirent les touristes. Penser à l’Acropole à Athènes, au Colisée romain, à Stonehenge en Angleterre et à d’autres ruines que je  n’ai pas visitées comme Palmyre en Syrie, Khéops en Égypte. Cela prouve que les civilisations passent tout comme mon humble personne va disparaître dans un avenir pas si lointain.

Ce qui me console en beurrant ma rôtie, c’est que je suis le fruit d’une évolution qui s’étend sur des milliards d’années. Je vis sur une petite planète qui se promène dans cet univers que les puissants télescopes à peine entrevoient. Alors respire par le nez mon septuagénaire et apprécie goulûment chaque seconde de ta vie.

Si une simple rôtie m’apporte un certain bonheur, force est de constater que je ne suis pas aussi pessimiste que cela, mais je ne n’ai pas le goût de rire ni de pleurer. J’essaie de comprendre dans quel monde de fous je vis. En 2017, dépenser des milliards et des milliards dans des équipements pour tuer, laisser des dictateurs tuer leurs peuples, laisser crever des populations entières, continuer à polluer et finalement ce 1% qui fait la pluie et le beau temps. Oui, j’essaie de comprendre. J’aimerais bien prendre un chocolat avec Voltaire ou une tisane avec Victor Hugo.

lundi 30 janvier 2017

Le temps n’est pas à rire

On ne parle que de cela
De ce drame et de ces drames
Partout sur la planète
Et même dans mon petit coin de pays

Ces monstres qui sèment la terreur
Ont-ils un jour été enfant
Ont-ils été bercés par une mère
Un grand-père jouant dans le sable

Comment peut-on traverser dans le côté sombre
Comment peut-on se plaire dans les ténèbres
Qu’apprend t’on dans ces hauts lieux du savoir
N’ont-ils pas lu Voltaire ou Victor Hugo
Pourquoi n’ont-ils pas fait le Chemin de Compostelle
Tuer des innocentes personnes de quel droit
Sont-ils propriétaires de la vie des autres

Ils auraient pu en ce soir d’hiver
Aller au Carnaval de Québec
Admirer le magnifique fleuve
Mais non bang bang on tue sans discernement
Des familles pleurent leurs morts
La nation entière est endeuillée
Des vies fauchées d’autres brisées
À tout jamais

Je ne reconnais plus ma planète
Je me sens de plus en plus étranger
Il y a d’étranges bêtes humaines
Qui vivent sur ma petite planète bleue
Ne tuons pas la beauté du monde
Gardons l’espérance contre toute désespérance
Allons mon ami va écouter ta musique préférée

Reste un être libre debout devant l’adversité