lundi 15 mai 2017

Memento mori


Je me suis réveillé, ce matin, avec cette phrase latine comme ver d’oreille. Cette énigmatique phrase criante de vérité veut dire : « Souviens-toi que tu vas mourir, toi aussi. » N’allez pas croire que je me pensais éternel loin de là, mais réaliser que ma vie aura une fin me fait apprécier mon café Nabob, torréfaction corsée.

À bien y penser, je vis le schéma que bien des civilisations ont vécu : naître, être, grandir, croître, se développer, rayonner, se fatiguer, s’épuiser, vieillir, souffrir, mourir, disparaître. Je ne suis pas le seul à penser que notre civilisation judéo-chrétienne est en train de s’effondrer. Que mes yeux se tournent vers nos voisins du Sud ou que mon regard se projette vers ces pays où on égorge, viole, bombarde, tue à qui mieux mieux au nom de quelques idiotes idéologies, cela me prouve que quelque chose ne tourne pas rond sur ma petite planète bleue.

Tout comme plusieurs d’entre vous, les voyages m’ont permis d’élargir mes horizons et de constater que mon coin de pays n’était pas le centre de l’univers. Dans la plupart de ces voyages, j’ai visité des ruines. Ce sont ces ruines qui attirent les touristes. Penser à l’Acropole à Athènes, au Colisée romain, à Stonehenge en Angleterre et à d’autres ruines que je  n’ai pas visitées comme Palmyre en Syrie, Khéops en Égypte. Cela prouve que les civilisations passent tout comme mon humble personne va disparaître dans un avenir pas si lointain.

Ce qui me console en beurrant ma rôtie, c’est que je suis le fruit d’une évolution qui s’étend sur des milliards d’années. Je vis sur une petite planète qui se promène dans cet univers que les puissants télescopes à peine entrevoient. Alors respire par le nez mon septuagénaire et apprécie goulûment chaque seconde de ta vie.

Si une simple rôtie m’apporte un certain bonheur, force est de constater que je ne suis pas aussi pessimiste que cela, mais je ne n’ai pas le goût de rire ni de pleurer. J’essaie de comprendre dans quel monde de fous je vis. En 2017, dépenser des milliards et des milliards dans des équipements pour tuer, laisser des dictateurs tuer leurs peuples, laisser crever des populations entières, continuer à polluer et finalement ce 1% qui fait la pluie et le beau temps. Oui, j’essaie de comprendre. J’aimerais bien prendre un chocolat avec Voltaire ou une tisane avec Victor Hugo.