mercredi 14 novembre 2018

Ecce homo


Oui, cet homme qui surgit des ténèbres d’une autre nuit se pose une terrible question existentielle que son café matinal aura peine à résoudre. Moi, je sais que j’existe. Aucun doute là-dessus, mais est-ce que Dieu existe vraiment? S’il existe vraiment, je me demande à quoi il ressemble et comment il intervient dans ma vie. S’il n’existe pas, je me demande pourquoi on l’a inventé.

Cet homme, cet ecce homo, n’est pas seul à vivre des moments de solitude, seul dans la maladie, dans le vieillissement et surtout devant la mort, la mienne ou celle d’un être cher. Je suis porté à penser que c’est pour combattre cette solitude qu’on a inventé Dieu.

Je ne vous apprends rien que la planète vit des moments qui sont d’une tristesse inouïe. Pourtant ce drôle de Dieu s’il existe n’intervient pas dans ce monde cruel. Famine, guerre, cupidité, aucun Dieu pour mettre fin à ces horreurs. Devant tout cela, je me sens tellement ridicule et insignifiant. Voltaire me soufflerait à l’oreille : « Jacques, cultive ton jardin, c’est ce qui compte. » Je l’entends ajouter l’importance de vivre même si Dieu n’existe pas. Sois un dieu pour toi-même et deviens de plus en plus une bonne personne.

Dans mon passé lointain, j’ai fait des études en théologie. Avec le recul du temps, je suis porté à penser que c’était du verbiage. Avancer en âge donne une certaine sagesse qui me fait rejeter les insignifiances ambiantes. Je sais que d’autres humains pensent différemment. La bienveillance me fait respecter le cheminement de chacun, mais Oh grand dieu, évitez de m’endoctriner. J’ai déjà trop bu de cette eau dans mon innocent passé.

Je sais que ces propos d’un homme à demi réveillé va causer de la peine chez plusieurs. La peine est une belle émotion. La foi est aussi un lieu de refuge rassurant qui nous évite de nous poser de véritables questions. En fait, la foi n’apporte aucune réponse. Elle nous laisse dans une obscurité totale. Cela ne nous empêche pas de vivre en pleine conscience et de s’émerveiller. C’est en regardant ma chatte Capucine qui se fout royalement de toutes ces questions existentielles que je retrouve une grande sérénité qui me permet d’apprécier ma tasse de café matinal Nabod.

mercredi 7 novembre 2018

Homo sapiens


Je me suis réveillé, ce matin, avec l’étrange sensation que dans un passé très lointain j’étais un chimpanzé. J’étais tanné de vivre dans le haut des arbres à courir après des fruits et d’avoir à protéger mon territoire et ma progéniture. C’est ainsi qu’après des milliers d’années, je suis devenu le bipède que je suis. Évidemment mon corps s’est transformé. Je ne suis plus le Cro-Magnon de jadis vivant dans le Périgord. Je ne suis plus le chasseur-cueilleur qui bouffait totalement tout son temps pour survivre. Je suis censé être maintenant un civilisé vivant dans le Nord des Amériques parce que mes ancêtres européens ont traversé l’Atlantique et se sont imaginé avoir fait une grande découverte. Imaginez! Ils se croyaient aux Indes.

Comment en arriver dans la jeune vingtaine à devenir un Jésuite? Eh bien l`être humain pour dominer et éteindre son emprise sur d’autres congénères a inventé des mythologies comme les religions, les systèmes politiques, les idéologies de toutes sortes, etc. Pensant bien faire de ma vie, j’ai bu de cette eau sans me poser de question. C’est ainsi que j’ai fait le vœu de pauvreté alors que les jésuites étaient propriétaires de collèges, des terres, des donations de toutes sortes. J’ai fait le vœu de chasteté sans trop comprendre pourquoi je devais renoncer à l’évidente réalité d’être un être sexué. L’obéissance? Quelle arme de sujétion!

Dans ma cellule à Saint-Jérôme où je devais méditer plus d’une heure chaque matin, j’aurais dû comprendre que ce Dieu que je priais ne me donnerait jamais de réponses. Je ne suis pas le seul à supposer qu’il a été créé par des bipèdes comme moi pour combler leur solitude ou leur angoisse existentielle. J’aurais dû comprendre que les milliers d’années qui précèdent mon ère chrétienne, les humains avaient inventé d’autres manières de combler leur solitude ou leur besoin de solidarité dans quelques mythologies qui leur faisaient du bien.

Comme plusieurs j’ai cherché le bonheur à l’extérieur de moi. Aujourd’hui, j’ai la pleine conscience que le bonheur est à l’intérieur de moi. Inutile de chercher ailleurs. Dans le calme, la simplicité, la tranquillité ce bonheur est toujours accessible.

jeudi 1 novembre 2018

Il y a tant à faire

Je me suis réveillé en sursaut en cette matinée nuageuse d’automne. Me trottait dans la tête cette chanson de Daniel Bélanger : « Il y a tant à faire ». Je dois vous avouer très humblement que gérer le temps est l’épreuve de ma vie. Combien d’agendas envoyés à la poubelle au cours de ces 76 années de ma terrestre vie.

À la retraite, je croyais à tort pouvoir me débarrasser de cet intrus dans ma vie. Comble de malheur, je l’utilise plus que jamais même pour noter la plus stupide niaiserie comme placer la poubelle au chemin le mardi. Ces derniers temps, ma mémoire m’a fait vivre un malaise dont j’ai peine à me remettre. Voici. Par hasard, je croise à l’épicerie une ex-enseignante retraitée dont je n’ai pu reconnaître le visage. Pourtant au cours de ma carrière, je dois bien avoir été dans les mêmes lieux au moins pendant 15 ans.

Alors pendant que j’étendais l’engrais d’automne sur ma  pelouse, je me posais la question existentielle suivante : qu’est-ce que le temps? Inutile d’imaginer que nous pouvons arrêter le temps de fuir. Fuir, mais où? Inutile aussi de me rappeler que je vis dans un espace-temps. Je sais cela. Nous savons tous cela. C’est une évidence.

Pour un retraité, est-ce possible de prendre son temps? Oui, au début, on prend son café matinal sans se soucier du temps, mais vient un moment où le vertige nous atteint. Il faut agir, car il y a tant à faire. C’est une course contre la montre. Il ne faut plus perdre une minute de ce précieux temps.

Alors me revient dans la tête mon ver d’oreille à l’origine de ce propos.

Il y a tant à faire
Et ce n'est pas ridicule
C'est comme si c'était facile
S'immiscer dans la lumière
Une longue nuit... il y a tant à faire

Oui, le temps n’est plus au regret. Il faut me ressaisir

Me ressaisir en pensant au peu de temps qu’il me reste à vivre. Ah je vous entends me souffler à l’oreille que du temps j’en aurai abondamment quand je mettrai le pied dans l’éternité. Je serai probablement en dehors de nos paramètres terrestres d’espace-temps. Je serai dans une autre dimension ou peut-être tout simplement à nulle part. Alors il y aura peu à faire. Et ce n’est pas ridicule. Il me sera alors facile de m’immiscer dans la lumière ou dans des trous noirs où un long temps m’attend.