mardi 3 mars 2015

La quête de sens

Une grave question existentielle s’amène pour le pauvre mortel que je suis. On me dira d’aller vaquer à mes occupations quotidiennes et de délaisser ces cogitations qui troublent mon esprit. Déneiger ma cour, faire des emplettes, m’activer sur mon vélo stationnaire, tout cela devrait calmer mon angoisse existentielle. Solutions trop faciles et peu convaincantes pour le Scorpion que je suis.

Et cette question? C’est celle du sens de la vie. Puis-je escamoter cette grave question? Je ne puis pas vivre sans trouver le sens de ma vie sur la terre. Qui suis-je? D’où viens-je? Où vais-je? Je ne suis pas le premier à me poser ces trois grandes questions. Tous ceux et celles qui se sont penchés sur la condition humaine ne peuvent avoir éludé ce questionnement.

Mes trente premières années ont été teintées par la philosophie et la théologie. Je dois vous confesser que je n’ai pas trouvé de réponses satisfaisantes chez les philosophes et les théologiens. Avec le recul, je constate qu’on me servait des réponses toutes faites voire souvent simplistes. Ce n’est pas en me roucoulant le fameux « Connais-toi toi-même » que je suis plus avancé. Et que dire du célèbre « être ou ne pas être, telle est la question ». Impossible d’avoir une réponse plus nébuleuse. Et mon professeur de métaphysique qui me parlait de l’être en tant qu’être. C’est d’un ridicule consommé. Et Pascal incapable de se brancher avec son pari. Autant avouer qu’il n’avait aucune réponse à donner.

Je sais que le chemin pour arriver à trouver une réponse à ces questions n’est pas unique. Je ne peux pas me contenter des réponses toutes faites issues de ma famille, du monde de l’éducation, des religions, des philosophies, du milieu culturel dans lequel je baigne. Je suis laissé à moi-même. Cela veut dire qu’il me faut entreprendre une démarche intérieure, qu’il faut trouver mes propres réponses. C’est le chemin à prendre. C’est ce qui est le plus important.

N’attendez pas de moi une belle réponse toute faite. Chacun a à trouver un sens à sa vie. Cela implique une démarche intérieure. Comme l’écrivait si bien Dostoïevski, ce n’est pas le but qui compte, mais le chemin vers le but.

Justement ce chemin peut comporter des quêtes successives.  Durant mon enfance, mon adolescence et le début de ma vie adulte, le sens de ma vie tournait autour d’un absolu à atteindre qui s’est concrétisé par ces années jésuitiques. Je me suis aperçu que cet absolu envisagé était une fumisterie. Je trouvai alors un sens plus concret à donner à ma vie ce qui m’amena à fonder une famille et à me consacrer à enseigner aux jeunes.


Maintenant que je suis sur le point d’entrer dans le quatrième âge, je dois reconfigurer un nouveau sens à donner à ma vie. La vieillesse et l’approche de la mort. Je vois mes amis, mes parents, des connaissances quitter ce bas monde. Impossible de jouer à l’autruche et de me faire accroire que je serai épargné. Il faut trouver à l’intérieur de moi-même une façon de régénérer ce qui dégénère. Cela veut dire entrer encore plus à l’intérieur de moi-même pour trouver un équilibre qui amènera un certain bonheur malgré tous les drames dont je suis témoin.

1 commentaire:

  1. Caminante no hay camino son tus huellas el camino... Antonio Machado

    RépondreEffacer